Home
______________________

Contact +41 21 351 05 11

Frédéric Gonseth Productions


Tous droits réservés

Copyright 2021

.

.

FGProd

.

.

.

.

.

.

.

.

FGProd

La facture d'orgue

Un film de Frédéric Gonseth
Documentaire cinéma, 1980, 60 min.
Version française, version suisse-alémanique, version suisse alémanique avec sous-titres allemands


« L’un des plus beaux films suisses de l’année 1980, du Lausannois Frédéric Gonseth, documentaire évoquant les multiples étapes de la construction d’un orgue d’église, aujourd’hui, tout en revenant au système utilisé à l’époque du baroque et sans tenir compte des pseudo-progrès qui ne peuvent que déformer le son, abâtardir l’instrument. Gonseth, avec une exceptionnelle intelligence de l’espace et du temps, rapporte chaque détail en exprimant sa relation avec l’ensemble, et il s’enchante ou s’étonne de voir se constituer sous nos yeux un édifice extraordinaire, plus impressionnant qu’un véhicule de l’astronautique, d’où va s’élever, sous les doigts et les pieds de l’organiste, le miracle de la musique, explicable par le génie artisanal conjugué lentement avec les nécessités du compagnonnage. Ce documentaire, qui enrichit la tradition de ce genre en Suisse romande, transcende son apparent sujet pédagogique et devient une leçon de morale fraternelle, un poème à la gloire de la matière et de l’esprit, de la conscience et de la main.»
Freddy Buache


Liste artistique et technique
Documentaire, Suisse (1980)
60 minutes
Image vidéo 4:3
Format de tournage 16 mm
Version originale française, sous-titres allemands
Titre allemand : Der Orgelbau

Réalisation et scénario : Frédéric Gonseth
Production : Frédéric Gonseth Productions
Coproduction Télévision Suisse Romande
Musique : Jean-Sébastien Bach BWV 541 interprétée par Cristina Garcia Banegas
Caméra : Eduard Winiger
Montage : Elizabeth Waelchli
Son et mixage : Luc Yersin
Conseillers : Paul Cartier, Friedrich Jakob, Catherine Azad

Avec le soutien de
Office Fédéral de la Culture
Pour-cent culturel Migros
Eglise évangélique réformée

Avec la participation du facteur d’orgues Paul Cartier
et des artisans et facteurs d’orgues de la Manufacture Th. Kuhn à Männedorf (Suisse)

"C’est très beau, un vrai poème épique, avec de nombreuses belles images. L’idée de filmer le tout en 4 saisons est forte et essentielle. J’ai surtout aimé tous les plans à l’extérieur, dans le village, dans les champs et  dans la forêt, leur beauté. Tout le rapport aussi avec les animaux, les chevaux surtout. Ca commence très joliment avec ces plans fixes devant le mur et la maison et toute cette vie qui traverse l’image. Très belle idée, que tu as réutilisé une deuxième fois plus tard. C’est très poétique et une belle reflexion sur le temps qui passe, sur l”’éternité” de ces moments-là. La musique est très belle aussi et le rapport entre la musique off et celle jouée en direct par les paysans eux-mêmes. Magnifique ce que tu as filmé dans l’église et autour en rapport avec la réligion, et puis ces scènes impressionnnantes à la fin autour de la femme morte, les deux “pleureuses” et l’enterrement. Inoubliable. Et puis toutes ces histoires de mariages et d’enfants. Particulièrement touchant cette fillette qui pleure le départ de ses parents. Et puis leur retour. Très émouvant comment la petite est là sur le chemin, seule, à la fin. Là, on voit dans l’image, sans un mot, tout ce qu’elle ressent à ce moment là. C’est très fort. Drôle aussi ces touristes suédois qui viennent regarder les temps anciens, les coutumes et le travail des paysans, toutes ces  choses qui sont en train de disparaître en Occident. Ca toujours été l’apport du cinéma documentaire, son importance capitale, préserver, mémoriser et rendre hommage à la culture dans le sens le plus large du terme, notre travail, tout simplement, sur la vie et la mort.  Un film exemplaire".

Richard Dindo

Facebook Twitter Email